Mon cuir

pic mon cuir

Disclaimer : Le temps de quelques vers, me voici dans la peau d’une soeur pour parler d’un tabou, le complexe de certains frères.

 

Mambo Koffi !

 
Je t’écris du bout de ma nuit pour te traduire mes envies
Je ne te veux plus dans mes songes
Tu hantes mes peines et gênes mes rêves
Tu me rappelles sans cesse les heures tristes de notre Histoire
Tu viens et me caresses comme les reveurs caressent les dunes
Me promets mille et unes lunes
Alors que je n’en veux qu’une
Je ne suis pas celle qui a grâce à tes yeux
Je suis celle dont les courbes te rappelle celles des femmes de Courbet
Tu adores poser tes lèvres sur les miennes
Me faire croire que je suis tienne
Je ne suis qu’un fantasme animé
Une femme noire qui veut être baisée
Chacune de nos rencontres me nuit
Et c’est au début de la nuit que tu partiras me pensant endormie
Koffi je ne veux plus de nous !
Je ne veux plus de cette histoire aux senteurs de remous
Je ne veux plus de cet amour à l’abri des préjugés
Va rejoindre celle qui te conforte dans ton désordre de complexé
Mon cuir renferme la même odeur fétide
Celle de notre Histoire
Je suis aussi une foncée, une bronzée, une chocolat au lait
Ou même une reine d’ébène
Et mes yeux brillent d’une larme de haine
Ma peine me hante, parfois ma parenté me gêne
Koffi tes mensonges me peinent
Tu penses incarner la douleur
Et pour satisfaire tes maitres
Tu viens m’aimer avant l’aurore
Car tu crains les rires des autres
Koffi je suis comme toi
Je suis de ces indigènes qu’on parfume au gaz lacrymogène
A qui on demande d’être belle
D’être forte
De voter Obama
Et de sourire même en se mordant la langue
Cette même langue que tu aimes baladeuse
Qui met un peu de piment dans ta vie ennuyeuse
Koffi tu te plains de la pression que tu subis
Des enjeux, tu dis vouloir changer la donne
Mais tu perpétues ce que tu veux tuer
Tu es devenu esclave de la pensée
Je ne t’aime plus !
Et si un jour je capitulais face à tes surenchères
Les chants de gospel qui résonnent en toi
Te rappelleront que tu as cessé de rêver
Et qu’il est temps de te réveiller
Koffi tu as le beau rôle
Les femmes te dévisagent
Tu es celui qu’elles envisagent
Tu es intélligent et intélligible
Koffi tu es sensible
Koffi tu es bien membré
Koffi tu baises bien
Koffi « tu ne sens pas l’africain » elle disent
Mais Koffi ton cuir pue comme le mien !
Il renferme l’odeur fétide de notre Histoire
Koffi tu as de la chance
Tu es un homme, noir certes, mais un homme
Tu ne vis pas dans l’ombre de l’histoire
Moi je suis enchainée à elle
Elle me colle à la peau
Comme la vague à la mer
Comme le vers à sa terre
Comme le verre à ce whisky qui m’empêche de me taire !
On attend de moi une libido bavarde
On me projette des talents d’accrobate
On pense que je ressemble à la Venus hottentote
Depuis petite on me conditionne à être la femme de…
Comme si je ne pouvais exister par moi-même
On me pense entière uniquement accrochée à un homme
Mes capacités intellectuelles sont méconnues
De mon propre destin je reste l’inconnue
Vu que ma voie est tracée
Et ça c’est aussi de ta faute Koffi !
Alors du fond de ma nuit je t’écris pour te traduire mes envies
Je ne veux plus de cette nuit en plein jour
Je profite de ce court moment de lumière
Pour mettre fin à tes allées et venues obscures
Je ne suis pas ton sac à foutre et encore moins une escale
Ton désamour me laisse des escarres au cœur
Mais ton désaveu me donne de l’espoir
Koffi je ne veux plus, je ne t’aime plus
De ma blessure tu es le pus
Va donc rejoindre ces bras si rassurants
T’enlaçants dans une illusion navrante
Tu te dis persecuté parce que tu es noir
Mais la vie aurait pû être pire
Regarde moi je suis noire et je suis une femme
Et mon cuir pue autant que le tien
Car il renferme l’odeur fétide de notre Histoire
Je t’écrivais ce soir pour te dire de quitter ma nuit
 
A bien tard Koffi.
 

PS : tu trouveras ton boubou, tes livres de Cheikh Anta Diop et ton pot de beurre de karité dans ta boîte aux lettres.
 

Wetu

 

Copyright@ Wetu

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s